Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
du mardi au samedi, de 11h à 19h

7, rue Pastourelle
Fr – 75003 Paris

Portrait Sarah Ihler Meyer

Fondée en 1978 à Barbizon avant de rejoindre Paris en 2003, la galerie Suzanne Tarasiève réunit des artistes émergents, confirmés et de stature internationale. Peintres, dessinateurs, photographes, sculpteurs ou plasticiens, chacun d'eux manifeste un fort rapport à l'Histoire, aussi bien sociale, économique que politique.

Cocktail inimitable de passion, d'audace et de rigueur, Suzanne Tarasiève est l'une des galeristes les plus singulières de sa génération. Et pour cause, née en province dans une famille de commerçants, autodidacte, elle a fondé ses différentes galeries à la seule force du poignet et acquis en trente-huit ans de carrière une reconnaissance internationale. Dès son plus jeune âge, elle se forge un ?il et se prend d'amour pour l'art, tout d'abord à travers les reproductions de tableaux qu'elle découpe dans les revues illustrées et les livres qu'elle reçoit en prix de fin d'année à l'école à l'âge de 11 ans (en particulier trois monographies portant sur Jérôme Bosch, Edvard Munch et Ernst Ludwig Kirchner).

À partir de 16 ans, elle se rend aussi souvent que possible dans les galeries et les musées, notamment aux inaugurations de la Fondation Maeght en 1968 et du Centre Georges Pompidou en 1976. Surveillante dans un lycée pendant huit ans, elle peint en amateur et s'offre tous les ouvrages de « La Collection française » sur la peinture. Un grave accident de voiture marque alors un tournant dans sa vie : c'est le moment de son engagement exclusif dans le monde de l'art et de l'ouverture de sa première galerie, le vendredi 13 mai 1978 à Barbizon, alors qu'elle n'a que 28 ans. Elle y exposera des artistes issus du mouvement de la Réalité Poétique (Émile Sabouraud, Roger Limouse, Raymond Legueult, Kostia Kerechkovith...), de l'Abstraction lyrique (Jean Miotte...), du Nouveau réalisme (César, Nikki de Saint-Phalle...), mais aussi de Support/Surface (Jean-Pierre Pincemin...) et de la Figuration libre (Robert Combas...).

À la fin des années 1980, elle découvre par hasard Georg Baselitz à la télévision : fascinée par son travail, elle verra sa première exposition personnelle en France aux Sables-d'Olonne en 1991 et se rendra la même année à Berlin. C'est au cours de cette période qu'elle fait également la connaissance du travail de Markus Lüpertz, A. R. Penck, Jörg Immendorff, Anselm Kiefer, Gerhard Richter et Sigmar Polke. Autant d'artistes néo-expressionnistes allemands dont elle exposera deux des représentants (Georg Baselitz et Markus Lüpertz) à Barbizon. Sur les conseils du célèbre collectionneur Marcel Brient rencontré en 1997, elle s'installe à Paris en 2003, rue du Chevaleret dans le 13ème arrondissement, avant de rejoindre le Marais en 2011. Elle intègre alors à sa galerie des artistes internationaux comme A. R. Penck, Jörg Immendorff, Juergen Teller et Boris Mikhaïlov, des artistes comme Champion Métadier, mais aussi de jeunes talents tels qu'Eva Jospin, Julien Salaud, Jean Bedez, Romain Bernini et Alkis Boutlis. Ce qui prime dans le choix de ses artistes, ce n'est pas le CV, mais le talent, le travail et la recherche dont témoignent leurs ?uvres : plus précisément, leur charge émotionnelle conjuguée à ce qu'elle appelle « le pouvoir de la pensée et du mental ». Peinture, dessin, photographie, sculpture, installation... quel que soit le médium, ce qui la captive est la rencontre de l'artiste avec l'Histoire, aussi bien sociale, politique qu'économique. Ainsi par exemple de Lüpertz et de la mythologie, de Mikhaïlov et de la déconstruction de l'Union soviétique, d'Immendorff et de l'histoire de l'Allemagne, ou encore de Jean Bedez et des guerres contemporaines.

Outre sa galerie, Suzanne Tarasiève a également ouvert en 2008 le Loft 19 à Belleville, un lieu d'exposition, de projet et de résidence pour les artistes qu'elle représente. Un espace qui lui permet par ailleurs d'organiser des soirées, dîners et performances pour le plus grand plaisir des artistes et des collectionneurs. Présente sur d'importantes foires internationales (Art Fair Cologne, Art Bruxelles, Paris Photo Los Angeles, Paris Photo, Drawing Now...), passant énormément de temps sur le terrain, à rencontrer de nouveaux talents, à voyager pour accompagner ses artistes et voir leurs expositions à l'étranger, Suzanne Tarasiève mène aussi un important travail d'édition. En effet, chaque exposition monographique est l'occasion d'une publication avec un choix de papier, de texte et de reliure spécifique à chaque artiste, qu'il soit un monstre sacré ou une figure montante. Entre continuité et renouvellement permanent, sa relation aux collectionneurs est quant à elle faite de partage et de confiance : elle se « branche sur leurs énergies » pour les accompagner dans leurs choix, leur ouvrir de nouveaux horizons et leur montrer des artistes et des mouvements pouvant correspondre à leurs goûts.

Autant dire qu'entre toutes ces activités, en véritable acharnée du travail, Suzanne Tarasiève consacre entièrement son temps à la création. Sous ses apparences excentriques, souvent vêtue de combinaisons de cuir et de bustiers en dentelle, elle est, comme elle aime à le dire, un véritable « soldat de l'art », toujours prête à partager sa passion.