Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
du mardi au vendredi, de 10h30 à 12h30
et de 14h à 19h
et le samedi de 12h à 19h

5, rue Chapon
Fr – 75003 Paris

Portrait par Romain Semeteys

Galerie Christophe Gaillard

De la collection à la galerie

Collectionner ? Pour Christophe Gaillard, il s'agit principalement de « prendre conscience de créer un ensemble ». Ce regard sur un tout, c'est pourtant après-coup que Christophe le mettra lui-même en pratique. De son propre aveu, il découvrira les arts plastiques relativement tard.

De formation musicale et lettres modernes, c'est alors âgé de 20 ans qu'il arrive de son Poitou natal sur la capitale. Une année de petites galères, qui prendra fin grâce à l'administrateur du théâtre du Châtelet qui l'embauche alors comme standardiste. Un premier pied dans l'univers du spectacle vivant, mais Christophe fait rapidement un premier pari sur son avenir, en effectuant un stage de régisseur auprès du metteur en scène Patrice Chéreau. C'est à ce moment-là qu'il découvre un univers jusque-là inconnu, remplit d'intellectuels et de personnalités érudites. À 25 ans, alors devenu régisseur général des Arts Florissants (le plus grand ensemble musical de musique baroque au monde), Christophe voyage. Il voyage, beaucoup même, et visite alors pour la première fois un musée. Il s'agit du Kunsthistorisches Museum à Vienne.

Après plusieurs saisons à l'Opéra de Paris, il commence à fréquenter les salles de ventes, à acheter des catalogues et voir de plus en plus d'expositions, de façon naturelle, sans se poser trop de questions. Sa lecture du moment est Louis XIV de François Bluche qui relate l'époque du Roi-Soleil de manière transversale, dont une large part est consacrée à la culture et aux arts. Christophe se passionne pour l'Histoire de l'art. Il lit, énormément, et achète des collections entières d'ouvrages spécialisés, de vieilles monographies, des catalogues d'exposition.

À l'époque, il se rend beaucoup en salle des ventes, à Drouot notamment. Le marché suscite un intérêt magnétique. Il achète enfin sa première œuvre, une eau-forte de Jean Fautrier, et ne cessera plus d'acheter. Il commence à revendre quelques pièces et malgré lui un système marchand se met en place, sans vraiment en prendre conscience. Il y prend goût.

Un forum

Christophe Gaillard ouvre en 2007 sa galerie, alors idéalement située en face du musée Picasso à Paris. Cela se passe bien, rapidement. Le personnage est insouciant. C'est finalement de par son parcours hors du milieu de l'art et sans forcément connaître grand monde, de manière instinctive, que le galeriste proposera des expositions en décalage, sans se soucier de ce qui pouvait se faire par ailleurs à l'époque. Il présente très vite des œuvres de Chiharu Shiota, à des prix plus que raisonnables comparé à la cote actuelle de l'artiste. Très vite, des premiers collectionneurs sont intrigués, ils deviendront des fidèles.

Sa femme Nathalie, rencontrée sur les bancs de la fac, rejoint l'aventure trois ans après l'ouverture de la galerie. Ils n'ont de cesse de travailler ensemble depuis. Chacun à sa place, le dispositif semble fonctionner. Les caractères sont bien différents mais parfaitement complémentaires. Lui assume avec aisance les aspects relationnels, inhérents au métier. Nathalie est plus réservée, elle gère avec habileté le fonctionnement de la galerie au quotidien.

Nouvel espace et ambitions, c'est aujourd'hui une équipe de six personnes qui assurent l'activité de la galerie.

Recherche et stockage

Dans l'esprit des grands marchands, la galerie possède un très important stock d'œuvres. Une manière un peu à l'ancienne de concevoir le métier de galeriste, et qui occupe une place conséquente dans son activité aujourd'hui. Aussi, désormais, une personne s'occupe à plein temps de la recherche scientifique. Un vrai travail de fond qui assoit l'expertise de la galerie et la positionne en tant que référent sur son domaine : archivages, investigations biographiques, recherches de témoignages, contact des ayants droit... Une connaissance approfondie se détache, des idées émergent.

Dans le bureau, un catalogue ouvert est souvent prétexte à discussion, surtout le samedi. Portrait réalisé dans le cadre de Galeristes 2016

Expositions

Hélène Delprat, Moi qui adore Barnett Newman, on peut dire qu'on en est loin, 2017 © Rebecca Fanuele
Dave Hardy, Neck Pillow, 2017 © Rebecca Fanuele
Katarzyna Kozyra, All That Beauty, 2016 © Rebecca Fanuele
Letha Wilson, Surface Moves, 2016 © Rebecca Fanuele
Rachel de Joode, Porosity, 2015 © Rebecca Fanuele

Artistes

Pierre-Yves Bohm

peinture-kacht-2016
Galerie Christophe Gaillard
Pierre-Yves Bohm
Peinture Kacht, 2016
Huile sur toile

146 × 97 cm
visage-au-poing-2016
Galerie Christophe Gaillard
Pierre-Yves Bohm
Visage au poing, 2016
Huile sur toile

120 × 120 cm

Véronique Boudier

Rachel De Joode

stacked-sculpture-i-2017
Galerie Christophe Gaillard
Rachel De Joode
Stacked Sculpture I, 2017
Tirage jet d'encre sur Dibond, acier

215 × 84 cm
soft-inquiry-iii-2015
Galerie Christophe Gaillard
Rachel De Joode
Soft Inquiry III, 2015
Technique mixte

50,8 × 39,4 × 29,2 cm

Hélène Delprat

antique-2017
Galerie Christophe Gaillard
Hélène Delprat
Antique, 2017
Tirage sur duratrans, caisson lumineux

30 × 40 × 9 cm
camee-2017
Galerie Christophe Gaillard
Hélène Delprat
Camée, 2017
Tirage sur duratrans, caisson lumineux

30 × 40 × 9 cm

Julien Des Monstiers

le-reve-de-cooper-2017
Galerie Christophe Gaillard
Julien Des Monstiers
Le rêve de Cooper, 2017
Huile sur toile

240 × 170 cm
le-reve-du-poisson-2017
Galerie Christophe Gaillard
Julien Des Monstiers
Le rêve du poisson, 2017
Huile sur toile

240 × 170 cm

Thibault Hazelzet

demoiselle-2017
Galerie Christophe Gaillard
Thibault Hazelzet
Demoiselle, 2017
Technique mixte

136 × 44 × 52 cm
minotaure-2017
Galerie Christophe Gaillard
Thibault Hazelzet
Minotaure, 2017
Technique mixte

86 × 48 × 52 cm

Michel Journiac

l-enlevement-1974
Galerie Christophe Gaillard
Michel Journiac
L'Enlèvement, 1974
Tirage argentique d'époque sur panneau de formica

50 × 39 cm
60,8 × 53 cm
le-viol-1974
Galerie Christophe Gaillard
Michel Journiac
Le Viol, 1974
Tirage argentique d'époque sur panneau de formica

50 × 39 cm
60,8 × 53 cm

Kassia Knap

Fabien Knecht

Katarzyna Kozyra

Isabelle Le Minh

Michelle Lopez

Daniel Pommereulle (estate)

Arnulf Rainer

Kate Steciw

Unglee

Hannah Whitaker

Letha Wilson