Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
du mardi au samedi, de 11h à 19h

16, rue de Montmorency
Fr – 75003 Paris

Portrait par Benoît Blanchard

Sa galerie, Jean Brolly l'a de si nombreuses fois présentée depuis son ouverture en 2001 que cette boutique, comme il la nomme affectueusement, possède en propre un visage. Le visage d'un lieu à arpenter, un lieu où s'engager, après un premier silence poli, dans mille conversations de l'œil et de l'esprit, pris dans un continuum où les œuvres et les artistes se bousculent joyeusement.

Le parcours de l'homme, ses attaches, les perspectives et les amitiés qui sont les siennes, construites selon un même entêtement, suivent une ligne d'horizon dont les crêtes méritent, une fois de plus, d'être racontées. Car cette ligne que Jean Brolly poursuit et qui se meut à mesure qu'il progresse vers elle a permis par les fidélités réciproques qui l'unissent aux collectionneurs, commissaires, conservateurs et à tous ceux qui s'impliquent auprès des œuvres et des artistes, d'offrir un panorama édifiant de l'art contemporain. Ce panorama mène l'observateur de la peinture radicale, mystique et taiseuse du travail d'Alan Charlton ou celle, acerbe, de Bernard Aubertin, au jaillissement chargé de sève que Mathieu Cherkit puise comme dans une corne d'abondance dans l'environnement bibeloté que sa famille a accumulé. On pourrait dire que le goût de Jean Brolly se tient à mi-chemin de ces extrêmes, or c'est tout autre chose qui se produit lorsque l'on commence à observer la programmation de sa galerie. Ce que l'on découvre et qui se déroule avec le temps, c'est un paysage vu par la fenêtre d'une voiture pour laquelle tout est en mouvement. Parler d'extrêmes serait méconnaître cette pulsion en déplacement. Les différences formelles comme celles induites par le temps et les générations qui se succèdent ne sont rien en soi. Le travail de galeriste est pour Jean Brolly une trajectoire, une dynamique du corps et du regard. Les œuvres se vivent et, dans le cerveau, s'accumulent sous la forme d'un musée qui n'a d'imaginaire que la forme que l'on emprunte à Malraux pour évoquer la gourmandise et l'éclectisme des personnes dont l'exigence se porte partout où elle trouve un terrain fertile à sa satisfaction. En effet, Jean Brolly ne se contente pas de regarder, il est de ceux qui transportent et manipulent. Il y a toujours dans sa galerie des cartons sur le point d'être ouverts et d'autres en train de se refermer. Quelle que soit l'exposition en cours on peut trouver d'autres œuvres accrochées aux murs ou simplement posées dans un coin, parfois même superposées dans l'attente d'un raccrochage qui semble toujours imminent. L'espace de la galerie est un lieu à tiroirs où s'activent à la vue et au su de tous la joie de déplacer les rapports de force. Nulle part l'ascèse de la chose faite prend le dessus. Nulle chose clouée pour l'éternité, ni vis-à-vis immortel, ni favoris à l'année, la contamination des œuvres par le regard et inversement du regard par les œuvres n'a de cesse d'entrainer chez Jean Brolly un rapport à l'art bourdonnant.

C'est une habitude d'enfance semble-t-il, survenue vers dix, douze ans, à l'âge où l'on désire sans trop savoir, par simple intuition de l'œil. Un désir d'être en présence de l'art en train de se faire, amateur éclairé, arpenteur d'expositions, cinquante ans durant et sur le tard devenu galeriste. À présent cela fait quinze ans que le bourdonnement du rapport à l'art de Jean Brolly s'exprime au travers de l'activité de galeriste. Quinze ans qu'il existe à Paris un endroit où bavarder des facéties d'une pratique de l'abstraction qui court de Paris à Amsterdam via Bruxelles et Düsseldorf selon un axe menant de François Morellet et Nicolas Chardon à Ger van Elk, Filip Francis et Jan Kämmerling ; quinze ans à contredire cet axe par les bouderies gouailleuses de Jean Claus et celles bourrues d'Eugène Dodeigne ; quinze ans encore qu'au gré d'une visite dans la galerie il est donné aux visiteurs le plaisir de plonger dans la lumière pétrole des tableaux de Hyong-Keun Yun ou celle soudainement scrutatrice de Michel Verjux en songeant à l'énergie lippue de l'œuvre de Paul-Armand Gette. S'il y a trajectoire il n'y a pas ligne droite, mais une spirale qui, de proche en proche, fait correspondre, au sens d'une correspondance épistolaire, les œuvres entre elles. Une correspondance qui ne veut pas dire égalité ni nécessairement équité, mais qui engage d'incessants allers-retours par la proximité que permet Jean Brolly. Portrait réalisé dans le cadre de Galeristes 2016

Expositions

David Tremlett, Roll On and Other Work, 2017
Mathieu Cherkit, La balustrade, 2016
Nicolas Chardon, Scenario, 2014

Artistes

Adam Adach

bull-head-2017
Galerie Jean Brolly
Adam Adach
Bull Head, 2017
Huile sur toile

73 × 92 cm

Bernard Aubertin

Ben

Mathieu Bonardet

sans-titre-2016
Galerie Jean Brolly
Mathieu Bonardet
Sans titre, 2016
Poudre graphite sur papier

63 × 91 cm

Simon Boudvin

Nicolas Chardon

construction-2016
Galerie Jean Brolly
Nicolas Chardon
Construction, 2016
Acrylique sur toile

70 × 70 cm

Alan Charlton

Mathieu Cherkit

botanica-2017
Galerie Jean Brolly
Mathieu Cherkit
Botanica, 2017
Huile sur toile

146 × 114 cm
atelier-bleu-2017
Galerie Jean Brolly
Mathieu Cherkit
Atelier bleu, 2017
Huile sur toile

190 × 140 cm

Jean Claus

Krijn De Koning

Eugène Dodeigne

Tatjana Doll

Filip Francis

Paul-Armand Gette

Myung-Ok Han

Rémy Hysbergue

Adama Kouyaté

bouake-1968
Galerie Jean Brolly
Adama Kouyaté
Bouake, 1968
Photographie noir et blanc sur papier baryte

30 × 30 cm

Jan Kämmerling

François Morellet

Marielle Paul

Romain Pellas

François Ristori

Pierre Savatier

David Scher

Daniel Schlier

Benjamin Swaim

deux-garcons-montsouris-2017
Galerie Jean Brolly
Benjamin Swaim
Deux garçons (Montsouris), 2017
Huile sur toile

114 × 146 cm

Tadzio

David Tremlett

project-for-a-long-wall-2016
Galerie Jean Brolly
David Tremlett
Project For a Long Wall, 2016
Pastel sur papier

63 × 91 cm

Günter Umberg

Ger Van Elk

Felice Varini

Michel Verjux

Bernard Voïta

Hyong-Keun Yun

Robert Zandvliet