Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
du mardi au samedi, de 11h à 19h

45, rue Chapon
Fr – 75003 Paris

Portrait par Romain Semeteys

Dîners nomades

Durant la première année d'ouverture de sa galerie, Anne-Sarah Bénichou organise des Dîners nomades. Un peu comme au temps des salons littéraires, tout est fait pour créer une effervescence intellectuelle et favoriser l'émergence d'idées, au travers de débats souvent passionnés. En maîtresse de cérémonie, à la fois au four et au salon, elle s'affaire donc pour recevoir des invités (artistes, collectionneurs, curateurs, etc.), dont l'hôte ne découvre l'identité qu'au dernier moment. Un moyen pour elle d'assurer un brassage et un renouvellement, autrement dit d'aller contre les habitudes.

L'expérience est désormais close afin que la proposition ne s'essouffle pas, mais ce n'est qu'un projet parmi d'autres, car des projets Anne-Sarah Bénichou n'en manque pas.

Le plus important a bien sûr été celui d'ouvrir sa propre galerie. Début 2016, elle se met à chercher activement un local à Paris, dans le Marais. Après quelques visites, son choix se porte sur cet ancien entrepôt de maroquinerie, situé rue Chapon, pour lequel elle a eu un coup de cœur immédiat. Malgré son mauvais état général, Anne-Sarah Bénichou perçoit immédiatement son potentiel ; de beaux volumes et surtout un emplacement idéal, dans une rue peuplée de galeries. Le choix est fait ! Le bail est signé début février, les travaux sont lancés et la communication se met en place.

En un mois d'intenses travaux, la façade est remise à neuf, l'intérieur est réaménagé. Pas de temps à perdre ! Il est vrai qu'elle souhaite absolument ouvrir en mars pour profiter des événements printaniers de l'art contemporain parisien. Tout s'enchaîne assez vite donc, et en quelques semaines cinq artistes la rejoignent déjà dans son projet et en assurent la programmation.

Littérature et curiosité

Son parcours studieux - Henri IV, Hypokhâgne, études littéraires, puis double cursus à la Sorbonne de Lettres et Histoire de l'Art - témoigne de son engagement et de sa passion. Attirée par des formes artistiques et des époques diverses, elle choisit finalement de se spécialiser sur ce XVIIIe siècle qui la fascine tant. Au travers de la littérature libertine dans un premier temps, de Crébillon fils à Diderot, puis avec les peintures de Jean-Siméon Chardin. Elle songe à travailler en musée et surtout, à intégrer le château de Versailles ou le Louvre. Décidée à se doter des meilleures armes avant de se lancer, elle poursuit donc sa formation à l'École supérieure de commerce de Paris (Escp) pour y suivre un Master en Management des biens culturels. Elle effectue parallèlement de nombreux stages au sein de galeries d'art moderne et de salles de ventes. Dont un bien sûr... au château de Versailles !

Une fois ce nouveau diplôme en poche, le hasard lui offre sa première vraie opportunité : Natalie Seroussi, alors à la recherche d'une personne pour l'assister, souhaite la rencontrer. Le hasard se fait bonne étoile et Anne-Sarah y restera finalement cinq ans. Au contact de Natalie et son insatiable esprit de curiosité, elle y apprend l'essence même du métier de galeriste. Elle entre alors dans le monde de l'art contemporain de plain-pied, échange avec les artistes qu'elle rencontre et son centre d'intérêt petit à petit se déplace vers le XXIe siècle.

Parmi les œuvres qui peuplent la galerie, signées par les grands noms de l'art moderne, elle acquiert enfin ce qui ne peut s'apprendre à l'université, ce don mystérieux et indéfinissable qu'on appelle « l'œil du galeriste ».

Vision

Anne-Sarah Bénichou est lucide, rien n'est jamais acquis lorsque l'on ouvre une galerie, chaque mois, chaque jour, le projet peut être remis en question. Les collectionneurs ne franchissent pas forcément le pas tout de suite, c'est une relation de confiance qui doit s'établir au fil des expositions. Pour autant, elle sait que rien n'arrive sans travail, ni obstination.

Sa rapide présence sur la scène parisienne, elle l'explique d'abord par la fidélisation, la confiance, une approche avant tout humaine. C'est un travail au long cours, de passionnée, évidemment. Le positionnement de la galerie, atypique, explique surement aussi l'intérêt du public et de la presse pour ses expositions. Alors que les jeunes galeries ouvrent souvent avec de jeunes artistes, Anne-Sarah Bénichou tranche, avec des artistes à la carrière déjà installée et reconnus, dont beaucoup de Français. C'est un choix, une forme d'humilité. Et là encore une question de rapports humains. Elle choisit de ne travailler qu'avec les artistes dont elle aime sincèrement le travail et pour lesquels elle s'engage totalement, sans demi-mesure.

Ne lui posez pas cette question si (malheureusement) fréquente sur la « ligne de sa galerie » : il n'y en a pas, ou plutôt, la ligne c'est elle qui l'incarne à travers ses choix, autrement dit son œil. Et c'est le principal. Sur l'idée de multiplicité de ses choix artistiques, elle vous citera volontiers la galeriste de l'avant-garde Iris Clert : « Je déroute souvent le monde de l'art par mes changements de direction. Ce qui compte pour moi c'est l'originalité, le non-conformisme. L'art est comme un diamant à multiples facettes ; la spécialisation c'est l'ankylose. »

Anne-Sarah Bénichou adore cette liberté, cette indépendance qu'elle s'est forgée à travers le choix de ses artistes. Son tempérament l'amène à muer le hasard et les rencontres en autant d'opportunités. En somme, elle tente de mêler l'art et sa vie. Insatiable, ce sont les nouveaux projets qui toujours la font avancer, construire et développer la galerie, née d'une envie qui demeure aujourd'hui intacte.

Gageons que cette énergie la portera loin, avec clairvoyance et toujours... élégance. Portrait réalisé dans le cadre de Galeristes 2017

Expositions

Massinissa Selmani, Les choses que vous faites m'entourent, 2017
Marion Baruch, Le parti pris des nuages, 2017
Chourouk Hriech, Faire ailleurs, 2017
Valérie Mréjen, Roots, 2016
Julien Discrit, Le souvenir des pierres, 2016

Artistes

Marion Baruch

contenitore-ambiente-1969
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Marion Baruch
Contenitore - Ambiente, 1969
Tirage argentique

18 × 24 cm
Crédit : Berengo Gardin
abito-contenitore-1970
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Marion Baruch
Abito - Contenitore, 1970
Tirage argentique

29,9 × 20,4 cm

Julien Discrit

chant-du-rossignol-a-flanc-roux-2017
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Julien Discrit
Chant du rossignol à flanc roux, 2017
Cyanotype sur papier

59 × 40 cm
chant-du-courlis-cendre-2017
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Julien Discrit
Chant du courlis cendré, 2017
Ccyanotype sur papier

59 × 40 cm

Chourouk Hriech

Valérie Mréjen

bonne-recuperation-2017
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Valérie Mréjen
Bonne récupération, 2017
Dessin au feutre sur papier

65 × 50 cm
11-mary-jane-orange-bleu-2016
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Valérie Mréjen
11 Mary Jane orange bleu, 2016
Dessin au crayon sur papier

65 × 50 cm

Massinissa Selmani

promesse-2-2017
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Massinissa Selmani
Promesse #2, 2017
Graphite et mines couleur sur papier

65 × 100 cm
promesse-4-2017
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Massinissa Selmani
Promesse #4, 2017
Graphite et mines couleur sur papier

49 × 63 cm

Seton Smith

guest-house-left-room-2003
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Seton Smith
Guest House Left Room, 2003
C-print

122 × 122 cm
two-trees-before-house
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Seton Smith
Two Trees Before House
91,5 × 137 cm

Florin Stefan

the-mirror-2016
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Florin Stefan
The mirror, 2016
Huile sur toile

110 × 160 cm
camera-obscura-2-2017
Galerie Anne-Sarah Bénichou
Florin Stefan
Camera obscura #2, 2017
Huile sur toile

130 × 130 cm