Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
du mardi au samedi, de 11h à 19h

12, rue des Beaux-Arts
Fr – 75006 Paris

Portrait par Sarah Ihler-Meyer

Galerie La Forest Divonne

Installée à Paris et à Bruxelles, la galerie La Forest Divonne soutient depuis sa création des artistes reconnus aussi bien qu'émergents. Qu'ils soient peintres, sculpteurs, photographes, graveurs ou vidéastes, un même attachement à l'Histoire de l'art et à sa réinterprétation les réunit.

 

Sarah : En 1988, vous ouvrez votre première galerie rue Vieille-du-Temple dans le Marais. Quel cheminement vous a conduit à vous lancer dans cette aventure ?

Marie-Hélène : Après avoir travaillé comme professeur de dessin et de peinture dans un centre pour personnes handicapées, j'ai dirigé de 1985 à 1986 une galerie rue du Faubourg-Saint-Honoré qui appartenait à un couple franco-américain. Assez rapidement, l'envie d'ouvrir mon propre espace s'est imposée comme une évidence ; j'ai alors plongé dans ce métier avec passion et ouvert la galerie Vieille-du-Temple, du nom de la rue où elle était installée. Ayant déménagé il y a trois ans rue des Beaux-Arts, dans le VIe arrondissement de Paris, la galerie porte désormais mon nom, galerie la Forest Divonne. En 2016, la galerie a également ouvert un deuxième espace à Bruxelles, dirigé par mon fils Jean de Malherbe.

 

Sarah : Vous représentez actuellement plus de vingt artistes, de générations différentes et aux pratiques variées, pour certains depuis de longues années, voire depuis leurs débuts?

Marie-Hélène : En effet, j'expose depuis de nombreuses années des artistes comme Alexandre Hollan, Pierre Buraglio, Vincent Bioulès, Guy de Malherbe ; récemment j'ai intégré deux sculpteurs comme Bernadette Chéné et Jean-Bernard Métais mais aussi une nouvelle génération d'artistes comme Illés Sarkantyu ou encore Bruno Albizzati qui adoptent les mêmes références que leurs aînés. Le rôle d'une galerie est pour moi de découvrir, d'accompagner et de suivre des artistes si possible tout au long de leur carrière. Ainsi, si pendant de longues années « la peinture » a été dévalorisée sur le marché, j'ai toujours continué à la défendre. Par ailleurs, notamment avec la galerie installée à  Bruxelles, nous soutenons activement la jeune création : dans un espace nommé « Project Room », nous présentons chaque année une exposition d'artistes émergents. Certains d'entre eux intègrent ensuite la galerie, comme par exemple Pauline Sarrus.

 

Sarah : Les artistes que vous représentez forment-ils selon vous une famille ?

Marie-Hélène : Je ne cherche pas à identifier ma galerie à une tendance, une école ou un vocabulaire spécifique. les artistes que je représente réalisent tout aussi bien de la peinture, de la sculpture, de la photographie, ou encore de l'estampe, de la vidéo, des installations. Néanmoins, plusieurs lignes de force semblent les réunir : d'une part le fait de créer des œuvres très incarnées, où les effets de matières et de textures jouent un rôle déterminant, avec quelque chose de très organique et vivant ; d'autre part un certain rapport à la spiritualité, non pas nécessairement religieuse mais toujours ancrée dans des questions existentielles ; par ailleurs, une forte indépendance à l'égard des modes et des tendances ; enfin, une relation assumée à l'Histoire de l'art, un dialogue avec les thèmes et les styles qui la traversent. Ce dernier point explique en partie l'acquisition il y a sept ans du Château de Poncé dans le Vendômois aux abords de la Touraine, datant de la Renaissance, où j'organise depuis cinq ans des expositions thématiques, notamment autour du « Geste et du Paysage », l'été prochain autour de la « Figure seule ». L'idée étant ici, fidèle à l'esprit de la galerie, de souligner les liens entre l'ancien et le nouveau, le patrimoine et le contemporain ; de créer des passerelles. Entretien réalisé dans le cadre de Galeristes 2017

Expositions

David Décamp, Terminarès, Bruxelles, 2018
Elsa & Johanna, Project Room #2 - Kaléidoscope, Bruxelles, 2017
Bernadette Chéné, 2017
Tout balayer, tout assimiler - Supports/Surfaces, 2017
Guy de Malherbe & Jean-Bernard Métais, 2015
Exposition inaugurale, 2015

Artistes

Arthur Aillaud

Bruno Albizzati

Gilles Altieri

Vincent Bioulès

Christian Bonnefoi

Philippe Borderieux

Jérome Bryon

Pierre Buraglio

Caribaï

Bernadette Chéné

David Décamp

Elsa & Johanna

Lucien Hervé

Alexandre Hollan

Jeff Kowatch

Astrid de La Forest

Ola Lanko

Jean-Pierre Le Bars

Sarah Le Guern

David Lefebvre

Guy de Malherbe

Giulia Manset

Anna Mark

Jean-Bernard Métais

Jean-Michel Meurice

Illés Sarkantyu

Pauline Sarrus

Alain Veinstein

Samuel Yal