Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
du mardi au samedi, de 11h à 19h

62, rue de Turbigo
Fr – 75003 Paris

Portrait par Romain Semeteys

Aubaines

Avec ses appareils photos en bandoulière, Romain Degoul, alors étudiant en droit, part plusieurs mois à l'étranger - et en Asie évidemment - pour prendre des clichés en mode « loisir » tout en ayant un regard très documentaire.

Ses études terminées, il décide de ne pas suivre le chemin tracé d'une belle carrière d'avocat mais plutôt de mettre à profit sa passion pour la photographie. Il part ainsi deux mois au Japon et réalise de nombreux clichés, qu'il présentera à une agence de presse à son retour à Paris. Ça tombe bien, le reporter de l'antenne japonaise vient de partir, une place est libre !

Il devient ainsi correspondant pour l'agence et repart pour un an au pays du soleil levant. À l'époque, ses images alimentent une bonne partie de la presse française et les commandes s'enchaînent. Suite à cette expérience, plusieurs circonstances et envies font qu'avec sa conjointe Flore, sinologue, ils décident de partir vivre en Chine, à Pékin.

La Baraka

C'est d'abord Flore qui va construire le réseau artistique du couple, en développant une association faisant la promotion d'artistes chinois en France. Nous sommes en 2003 et pendant ce temps-là à Paris, l'exposition Alors la Chine ? au Centre Pompidou commence à valider la montée en puissance de la Chine sur la scène artistique internationale. À Pékin, le fameux 798 District n'en est qu'à ses prémices, bien loin de sa renommée actuelle. Territoire artistique situé autour d'une ancienne usine d'armement, c'est un endroit extraordinaire où Romain et Flore commencent à fréquenter les nombreux ateliers et les quelques galeries implantées à proximité. Ai Weiwei tient même un bar à la sortie du quartier où les artistes viennent boire des verres et refaire le monde... Tous deux tombent amoureux de 798 et y sentent un potentiel énorme, une frénésie et une émulation incomparables.

Quelques amis ouvrent des galeries, en plein cœur du quartier. les planètes s'alignent, et le couple décide à son tour d'ouvrir son propre espace en 2006. Romain commence par y présenter la jeune scène de la photographie chinoise ainsi que des photographes occidentaux importants (Martin Parr, Marc Riboud, Edward Burtynsky) et la renommée de la galerie se développe bien.

Les Jeux Olympiques de Pékin s'organisent pour 2008, une tension monte sur le marché de l'art, certains artistes chinois explosent sur la scène internationale. le quartier commence alors à voir affluer les plus gros collectionneurs de la planète et, à quelques mètres de la galerie, s'ouvre le gigantesque centre privé Ucca du milliardaire belge Guy Ullens. des touristes-acheteurs débarquent par cars entiers et la galerie prend un essor commercial rapide.

Le couple réalise sa chance d'avoir ouvert au bon endroit, au bon moment.

Beijing, mais où est Paris ?

En 2009 un petit espace est ouvert rue du Vertbois à Paris pour faire la navette inverse et présenter des artistes chinois en France. En parallèle, l'œil de Romain évolue, tout en ouvrant le champ des possibles de l'art contemporain ; en travaillant avec plus d'artistes émergents et en ne se limitant plus à la photographie.

Après un interlude par Bruxelles en 2012 où un nouvel espace est ouvert, mais trop difficile à tenir commercialement - surtout avec deux autres lieux à gérer - ils choisissent finalement de revenir en force sur une nouvelle adresse parisienne de 400  m² en 2014. La galerie se repositionne doucement sans oublier son histoire, en montant notamment des partenariats avec des galeries chinoises et en gardant des liens étroits avec Pékin.

Vision et mutation

Après ces dix années écoulées, Romain Degoul constate l'évolution de son métier et envisage désormais l'espace de sa galerie davantage comme un lieu de rencontre, prétexte à l'échange avec les visiteurs et les acheteurs potentiels. C'est pour cela qu'il conçoit désormais les expositions de Paris-Beijing comme des événements orientés en priorité pour le public. La partie commerciale se passant bien souvent hors du contexte du vernissage et les collectionneurs ayant de plus en plus de mal à se déplacer, les ventes sont pour le galeriste de toute évidence à réaliser avant tout sur les foires.

À la rentrée 2017, un nouvel « espace projet » ouvre au sein de la galerie, dédié à l'invitation de jeunes artistes et commissaires. le fonctionnement se veut souple, libre et sans trop de contraintes. C'est aussi l'occasion de présenter des œuvres plus abordables pour de nouveaux collectionneurs, avec cette envie de créer un tremplin, de retrouver une certaine excitation des débuts et de soutenir une nouvelle génération d'artistes internationaux émergents à travers le défrichage de scènes encore peu connues du public français, telle la scène turque. Portrait réalisé dans le cadre de Galeristes 2017

Expositions

Fu Site, Disrupted Narrative, 2017
Chul-Hyun Ahn, Seeking Perspective, 2017
Mehmet Ali Uysal, Concrete Solutions (To Your Most Abstract Problems), 2016
Déformation professionnelle, 2016

Artistes

Ghost of A Dream

Wang Bing

Liu Bolin

Ahn Chul-Hyun

Wang Haiyang

Ren Hang

Myeongbeom Kim

shadow-planet-2017
Galerie Paris-Beijing
Myeongbeom Kim
Shadow Planet, 2017
Technique mixte

40 × 30 × 30 cm
Crédit : Galerie Paris Beijing
untitled-2017
Galerie Paris-Beijing
Myeongbeom Kim
Untitled, 2017
Technique mixte

95 × 150 cm
Crédit : Galerie Paris Beijing
untitled
Galerie Paris-Beijing
Myeongbeom Kim
Untitled
Dimensions variables
Crédit : Galerie Paris Beijing

Wang Ningde

Martin Parr

Wang Qingsong

Thomas Sauvin

Alex Seton

refuge
Galerie Paris-Beijing
Alex Seton
Refuge
170 × 120 × 110 cm
Crédit : Galerie Paris Beijing

Fu Site

Mehmet Ali Uysal

anonyme-2016
Galerie Paris-Beijing
Mehmet Ali Uysal
Anonyme, 2016
Crayon à papier, vitre

Crédit : Galerie Paris-Beijing
peel
Galerie Paris-Beijing
Mehmet Ali Uysal
Peel
Dimensions variables
Crédit : Galerie Paris-Beijing

Li Wei

Sebastian Wickeroth

untitled-2016
Galerie Paris-Beijing
Sebastian Wickeroth
Untitled, 2016
Peinture aérosol sur verre, cadre

113 × 78 × 7 cm
Crédit : Galerie Paris-Beijing

Miao Xiaochun

Zhu Xinyu

Yang Yongliang