Galeristes

0:00
0:00

Projet spécial : 
Erró Mao ★
Éditions Cercle d'Art

Erró Mao
2017
Stéphane Corréard
Éditions Cercle d'Art
Édition bilingue français/anglais
30 × 24 cm
Broché
168 pages
45 euros

Né en 1932, Erró est le contemporain de l’accélération mondiale de la circulation des images, et, en parallèle, de leur dépréciation, de leur dégradation. Le moindre des mérites de sa peinture est en outre de demeurer immédiatement reconnaissable entre toutes après qu’il ait usé de tous les subterfuges pour forcer les images à se combiner entre elles.

C’est ainsi qu’il a lancé des combattants Viêt-Congs à l’assaut des espaces domestiques de l’« American Way of Life » où ils pénètrent indubitablement par effraction, conquérants certes, mais demeurant des intrus, aperçus à travers une fenêtre, souvent, voire traversant promptement le living-room, sans s’y attarder. C’est également après avoir observé que Mao fut peut-être le premier homme d’État de l’ère médiatique à avoir su substituer à la présence réelle la dissémination de son image, le « culte de la personnalité » imposant ses avatars aux quatre coins d’un empire de dix millions de kilomètres carrés qu’il en fait le sujet de ses « Tableaux chinois » composés et peints entre 1967 et 1974.

Avec une lucidité poétique implacable il expose les vues touristiques de l’Occident, mais renvoyées systématiquement à l’arrière-plan, Mao et ses troupes trônant fièrement au-devant de la scène, posant même quelquefois en vainqueurs incontestables, débarquant triomphalement dans la baie de New York (In Front of New York), festoyant dans Oslo désert (Big Breakfast in Oslo) ou à Piccadilly, montant la garde devant Saint-Pierre de Rome (The Guardian of the Vatican) ou même envahissant ostensiblement le cadre devant un couple béat sirotant un brandy sur fond d’Empire State Building (The New York Office).

Les « Tableaux chinois » occupent une place capitale. Ils campent sur le « point d’ironie » de cette démarche unique dont c’est un mérite majeur, proposant une actualisation radicale de l’expression picturale contemporaine : élaborer une forme inédite de langage visuel non littéral « dans lequel ce qui est dit diffère de ce qui est signifié ».